Quelles seront les conséquences du Brexit sur le marché des parcs de loisirs et à thèmes au Royaume-Uni ?

Il y a eu beaucoup de débats autour du Brexit. Cette rupture continue de faire la une des journaux européens étant donné que la sortie de l’Angleterre de l’Union Européenne n’est pas encore bien définie, et que ses conséquences sur de nombreux secteurs de l’économie sont toujours incertaines. À BBLTranslation, nous avons suivi différents secteurs par des clients qui nous ont choisi en tant qu’associé linguistique. L’un des domaines avec lequel nous avons récemment collaboré est en lien avec les loisirs, les parcs à thèmes et les parcs d’attractions. Quelles sont les perspectives pour les membres de ce secteur ? Vous trouverez dans l’interview ci-dessous quelques informations.

Interview avec Ash Smart, membre de l’Association internationale des parcs de loisir et des attractions, usuellement abrégée IAAPA (The International Association of Amusement Parks and Attractions), et directeur d’Harbour Park au Royaume-Uni.

Le Brexit pourrait-il être économiquement avantageux pour le marché des parcs d’attractions britanniques ?

  • Les accords commerciaux signés individuellement avec le reste du monde pourraient faciliter les importations exemptes de droits de douane provenant d’autres fabricants et des entreprises produisant des biens et services, ce qui offrira ainsi une plus grande diversité de produits au client.
  • Une chute de la valeur de la Livre Sterling pourrait augmenter le nombre de clients internationaux. Parmi eux, certains auront déjà visité les principales destinations (ex. Londres) et veulent à présent découvrir le reste du Royaume-Uni, ce qui bénéficierait aux parcs attractions dans d’autres parties du pays.
  • De plus, avec la dévaluation de la Livre Sterling, il est prévu qu’une partie de la population britannique privilégie le tourisme interne pour leurs vacances, plutôt que voyager dans d’autres pays.
  • La dérégulation dans l’innovation pour encourager le développement des nouvelles technologies (ex. IA) et pour, en retour, réduire les coûts de la mise en place dans le marché des parcs d’attractions.

Si aucun accord sur le Brexit n’est trouvé, pensez-vous que cela entraînera des défis plus importants pour le marché des parcs d’attractions du pays ?

  • Les difficultés sur le marché du travail sont un réel problème. Et ce, pas seulement pour les travailleurs saisonniers mais aussi pour le recrutement d’employé.es qualifié.es, en effet, leurs compétences sont très recherchées au Royaume-Uni, particulièrement dans l’hôtellerie, à des postes en restauration ou en entretien. Un changement dans la vision politique et la perception sociale des formations professionnelles en hôtellerie est nécessaire afin d’encourager davantage de citoyens britanniques à choisir cette voie. Cela prendra du temps.
  • Une potentielle nouvelle dévaluation de la Livre Sterling aura un impact négatif, augmentant le prix de certains produits, services et actifs.
  • Une possible rupture de l’approvisionnement, par exemple, la livraison des principaux produits peut être retardée, ce qui augmentera l’indisponibilité des équipements essentiels lors des périodes de forte activité.

En termes de communication, quels conseils donneriez-vous aux parcs au Royaume-Uni qui cherchent à augmenter leur flux de visiteurs européens ?

  • Chaque initiative telle que mettre à jour et fournir les détails des voyages de façon régulière ainsi que des liens pour aider des potentiels voyageurs, est la bienvenue.
  • Promouvoir la valeur ajoutée en donnant l’impression qu’il n’y a pas meilleur moment pour visiter le Royaume-Uni.
  • Faire des partenariats avec des agences de voyages pour faire en sorte que les formules permettent aux visiteurs de voyager/visiter plus facilement.
  • Les citoyens européens ont beaucoup voyagé, et nombre d’entre eux ont sûrement déjà visité les monuments et les attractions de Londres. Les attractions en dehors de la ville, situées dans des lieux de beauté naturelle peuvent attirer ces voyageurs à la recherche de quelque chose de différent, désireux d’explorer le « véritable » Royaume-Uni et de découvrir de nombreux sites qui ont été la source d’inspiration de poèmes et chansons.

Quelles sont les trois principales tendances qui attireraient ces visiteurs européens dans les années à venir ?

  • Une offre gastronomique riche et variée, accompagnée d’expériences culinaires adéquatement planifiées.
  • Espaces culturels et parcs naturels touristiques (ex. campagne), qui stimulent le goût de l’exploration.
  • Logement basé sur l’expérience et conçu pour impressionner le client.

Les parcs à thèmes peuvent-ils tirer avantage du Brexit ?

Alors qu’il est clair que la plupart des entreprises au Royaume-Uni se positionnent contre la sortie de l’Union et qu’elles craignent que cela leur porte préjudice, notamment dû aux obstacles entravant la libre circulation de potentiels clients et marchandises, après le 29 mars, ces lamentations ne seront que peu utiles. Il ne reste qu’à chercher le côté positif, s’il y en a un. Suite à l’interview avec Ash Smart, directeur de l’Association internationale des parcs de loisir et des attractions (IAAPA), dont BBLTranslation est également membre, nous pouvons constater qu’il existe en effet des avantages compétitifs pour les parcs à thèmes du Royaume-Uni une fois que le Brexit sera effectif. À BBLTranslation, nous sommes spécialisés pour assister les entreprises qui cherchent à internationaliser leur activité. Nous pouvons non seulement vous fournir les traductions dont vous avez besoin, mais nous pouvons également mettre en place des stratégies multilingues de marketing digital, ainsi qu’adapter l’ensemble des communications aux usages et à la culture du pays du public visé. Et si nous parlions ?



Laisser un commentaire

1 − 1 =